Sept façons dont la pandémie de la COVID-19 touche vos décisions d’investissement

La pandémie de la COVID-19 a provoqué d’importantes turbulences sur les marchés financiersMarchés financiers Là où l’on achète et vend des placements.+ Lisez la définition complète mondiaux. Par conséquent, de nombreux investisseurs ont subi une baisse spectaculaire de la valeur de leurs portefeuilles d’investissement. La façon dont les investisseurs réagissent à ces pertes peut être cruciale pour maintenir le cap sur leurs objectifs d’investissement à long terme. Il n’est pas toujours évident de savoir la meilleure ligne de conduite à adopter dans un moment pareil, mais il existe plusieurs perspectives des sciences comportementales qui peuvent aider les investisseurs à réfléchir plus clairement aux décisions auxquelles ils sont confrontés.

1. Aversion aux pertes

Les personnes ne ressentent pas les gains et les pertes de la même façon. L’effet psychologique causé par les pertes est deux fois plus prononcé que celui causé par les gains. En bref, il en coûte sur le plan psychologique deux fois plus de perdre cent dollars que de gagner cette même somme d’argent. Même si nos portefeuilles retrouvent la valeur qu’ils avaient dans la période précédant la pandémie, la douleur des pertes peut donner aux investisseurs l’impression d’être dans une situation moins favorable.

2. Recherche de risques

Les gens sont plus disposés à prendre des risques pour éviter des pertes que pour réaliser des gains. Après avoir connu une baisse de la valeur du portefeuillePortefeuille Ensemble des placements détenus par un particulier ou un organisme. Peut comprendre des actions, les obligations et des fonds communs.+ Lisez la définition complète, le désir de récupérer les pertes peut amener les gens à être plus enclins à prendre des risques. Ce comportement lié à la recherche des risques peut amener les gens à saisir des occasions d’investissement qui ne correspondent pas à leurs objectifs à long terme.

3. Myopie

Il s’agit d’une situation dans laquelle les investisseurs se concentrent trop sur le présent et pas assez sur l’objectif global. C’est notamment le cas lorsqu’ils se concentrent sur un investissement particulier au lieu de tenir compteCompte Entente que vous avez conclue avec une institution financière concernant votre argent. Vous pouvez ouvrir un compte pour faire des dépôts et des retraits, accumuler des intérêts, emprunter une somme d’argent, investir, etc.+ Lisez la définition complète de l’ensemble de leur portefeuille. La réception trop fréquente d’informations sur le rendementRendement Rendement annuel sur un placement. Il est souvent exprimé en pourcentage, par exemple 5 %. Dans le cas des actions, le rendement peut être votre revenu annuel provenant des dividendes. Dans le cas des obligations, il s’agit de l’intérêt que vous obtenez.+ Lisez la définition complète des placements peut provoquer la myopie et amener les investisseurs à adopter des stratégies qui ne s’harmonisent pas avec leurs plans d’investissement.

4. Disponibilité

Les informations sont l’un des principaux moteurs de la myopie, mais les investisseurs n’accordent pas tous la même attention à toutes les informations. Plus les informations sont faciles à trouver, plus elles sont susceptibles d’être utilisées dans la prise de décisions. Le cycle de nouvelles de 24 heures et les médias sociaux peuvent conduire les investisseurs à surestimer certaines informations en ce qui concerne leur prise de décisions, ce qui peut entraîner un comportement grégaire, des bulles spéculatives sur les marchés et d’autres comportements d’investissement indésirables.

5. Erreur fallacieuse des coûts irrécupérables

Cette situation se produit lorsqu’une personne permet que les coûts qui ne peuvent être récupérés, tels que le temps ou l’argent, influencent ses décisions. Lorsque le cours d’une action chute, des investisseurs peuvent acheter une plus grande partie de l’action à un cours inférieur dans l’espoir qu’une augmentation leur permettra de récupérer l’argent qu’ils ont perdu avec leur investissement initial. C’est un exemple d’erreur fallacieuse qui entraîne des coûts irrécupérables. Un investissement antérieur ne devrait pas influencer la décision d’investirInvestir Utiliser de l’argent dans le but de faire plus d’argent en effectuant un placement. Comporte souvent des risques.+ Lisez la définition complète ou non à un cours inférieur. Si le cours continue de chuter, les investisseurs peuvent finir par multiplier leurs pertes en « s’enfonçant dans une mauvaise affaire ».

6. Excès de confiance

L’effet de l’excès de confiance se produit lorsqu’une personne perçoit ses capacités comme étant supérieures à ce qu’elles sont réellement. Il s’agit d’un problème fréquent pour les investisseurs. Traditionnellement, les marchés financiers ont rebondi à la suite de chutes soudaines ou de krachs. Alors que les cours chutent, de nombreux investisseurs tentent d’établir le moment où le marché atteindra son plus bas niveau afin qu’ils puissent acheter davantage d’actifs juste avant que les prix ne commencent à remonter. Même des sociétés d’investissement professionnelles ont de la difficulté à le faire lorsqu’elles sont confrontées à des perturbations et à des incertitudes importantes des marchés. Le biais de l’excès de confiance peut amener de nombreux investisseurs à croire qu’ils peuvent « anticiper le marché » même si seul un nombre restreint peut y parvenir.

7. Aversion aux regrets

Face à des décisions incertaines, les gens anticipent souvent le degré de regret qu’ils éprouveront s’ils se trompent. Ce regret anticipé peut avoir une incidence importante sur leur prise de décision. Une façon dont les gens ont tendance à minimiser le regret consiste à imiter ce que font les autres au lieu d’utiliser leurs propres renseignements pour prendre la meilleure décision en ce qui les concerne.

 

En période de pandémie de la COVID-19, ces sept aspects du comportement humain peuvent occuper une plus grande place dans notre prise de décision en tant qu’investisseurs et le fait de le savoir ne les élimine pas. Les investisseurs subiront toujours les effets psychologiques et émotionnels de l’aversion aux pertes, de la recherche de risques, de la myopie, de la disponibilité, de l’erreur fallacieuse des coûts irrécupérables, de l’excès de confiance et de l’aversion aux regrets. Comprendre ces biais et leur incidence sur la prise de décision peut aider les investisseurs à réfléchir plus clairement aux décisions qu’ils doivent prendre relativement à leur avenir financier.

Dernière mise à jour le