Collaborer avec un conseiller et investissement autogéré

Étude de recherche 2020 de la CVMO sur l’expérience des investisseurs

Lisez la version intégrale du rapport : 2020 OSC Investor Experience Research Study (Étude de recherche 2020 de la CVMO sur l’expérience des investisseurs)
Lisez le sommaire de recherche : COVID‑19 and the Investor Experience (La COVID-19 et l’expérience des investisseurs)

Lorsqu’il s’agit d’investirInvestir Utiliser de l’argent dans le but de faire plus d’argent en effectuant un placement. Comporte souvent des risques.+ Lisez la définition complète, certains Canadiens préfèrent gérer leurs propres portefeuilles de placementPlacement Un élément de valeur que vous achetez pour obtenir un revenu ou une croissance de la valeur.+ Lisez la définition complète et d’autres préfèrent collaborer avec un conseiller. Les deux options présentent des avantages et des coûts potentiels ainsi que des risques.

Les raisons pour lesquelles les investisseurs choisissent l’optionOption Placement qui vous donne le droit de l’acheter ou le vendre à un prix fixe et avant une date fixe. Le droit d’achat est appelé « option d’achat » et celui de vente, « option de vente ». Les options s’achètent en bourse.+ Lisez la définition complète de l’investissement autogéré, également appelé « investissement autonome », varient d’une personne à l’autre. La 2020 OSC Investor Experience Research Study (Étude de recherche 2020 de la CVMO sur l’expérience des investisseurs) a révélé plusieurs thèmes récurrents chez les 23 % d’investisseurs interrogés qui investissent par eux-mêmes. La majorité d’entre eux ont indiqué que l’une des raisons pour lesquelles ils gèrent leurs propres investissements est qu’ils prennent plaisir à le faire.

Quant à la question de savoir si vous devez devenir un investisseur autonome, vous devez vous demander si cela vous plaira, si vous aurez le temps de surveiller et de gérer vos propres placements et si vous disposez des connaissances financières nécessaires pour choisir vos propres placements.

Si vous décidez de travailler en collaboration avec un conseiller, vous devriez vous renseigner sur les frais qu’il pourrait facturer et les types de services auxquels vous pouvez vous attendre. Il est important de maintenir les frais à un niveau bas, mais ce facteur ne devrait pas être le seul à prendre en considération lorsque vous évaluez un conseiller.

Facteurs à prendre en considération

1. Les investissements et le stress

 Selon l’étude, la majorité des investisseurs canadiens qui ont eu recours à un conseiller étaient reconnaissants du fait de disposer d’une personne pour les soutenir pendant la volatilitéVolatilité Taux auquel le prix d’une action augmente ou baisse pour un ensemble donné de rendements. Le prix d’une action qui change rapidement et beaucoup est plus volatil. On peut mesurer la volatilité à l’aide de l’écart type et du coefficient bêta.+ Lisez la définition complète des marchés et l’incertitude économique en raison de la pandémie de COVID-19. Environ trois investisseurs interrogés sur quatre ont déclaré avoir eu une discussion importante avec leur conseiller, leur gestionnaire de portefeuillePortefeuille Ensemble des placements détenus par un particulier ou un organisme. Peut comprendre des actions, les obligations et des fonds communs.+ Lisez la définition complète ou leur robot-conseiller en cette période difficile. De plus, parmi ces investisseurs qui ont communiqué avec leurs conseillers, deux sur cinq ont déclaré que c’était leurs conseillers qui avaient pris l’initiative, que ce soit par courriel, par téléphone ou par messagerie texte.

Ces communications sont particulièrement importantes pendant les périodes de crises économiques graves et de fortes perturbations sur les marchés. Lorsqu’on est stressé, on est plus susceptible de prendre des décisions réactionnaires qui pourraient nuire à notre capacité de générer des rendements de portefeuille et d’atteindre nos objectifs financiers à long terme. Il peut s’agir, par exemple, de la vente de placements en panique au plus bas du marché, ce qui peut en réalité verrouiller des pertes sans vous permettre de vous positionner pour une reprise. Selon l’Étude de recherche 2020 de la CVMO sur l’expérience des investisseurs, les investisseurs qui n’ont pas collaboré avec un conseiller étaient plus susceptibles d’avoir vendu des placements au début de la pandémie, tout comme ceux dont les connaissances financières étaient moindres, selon cinq questions posées au cours du sondage. Il est rassurant de constater que la plupart (85 %) des investisseurs, qu’ils aient été conseillés ou non, n’ont pas vendu de placements pendant la volatilité des marchés au début de la pandémie (février et mars 2020).

2. Objectifs d’investissement

 La quasi-totalité (95 %) des investisseurs interrogés ayant des conseillers ont indiqué que ces derniers leur avaient posé des questions sur leurs objectifs d’investissement, leur tolérance à l’égard du risque et la duréeDurée Période de temps visée par un contrat. Aussi, période pendant laquelle un placement génère un taux d’intérêt donné.+ Lisez la définition complète pendant laquelle ils prévoient d’investir. Ces questions constituent le fondement d’un plan d’investissement solide. Lorsqu’on gère son propre portefeuille, on doit s’assurer d’élaborer son propre plan de placement avant de commencer à investir.

En période de volatilité extrême des marchés, un conseiller peut être en mesure de vous aider à rester concentré sur vos objectifs préétablis et à réévaluer vos placements à la lumière de toute nouvelle situation financière ou personnelle.

Conclusions de l’étude de recherche

    • Plus de la moitié des investisseurs interrogés dans le cadre de l’étude, qui travaillent en collaboration avec un conseiller, comptent sur celui-ci comme principale source d’information avant d’acheter et de vendre un placement.
    • Les investisseurs qui collaborent avec un conseiller ont tendance à avoir des portefeuilles plus conservateurs.

3. Satisfaction à l’égard de l’expérience des investisseurs

 Malgré l’extrême volatilité des marchés au début de la pandémie, la grande majorité (81 %) des investisseurs interrogés ont déclaré que les conseils reçus de leur conseiller pendant cette période étaient positifs. En général, les investisseurs collaborant avec des conseillers ainsi que ceux qui sont autonomes se disent satisfaits de leur expérience d’investissement (75 % des investisseurs ayant des conseillers et 72 % des investisseurs autonomes).

Une façon d’évaluer si vous devriez faire appel à un conseiller ou vous débrouiller seul consiste à examiner de près ce à quoi vous pouvez vous attendre dans le cadre d’une relation avec un conseiller. Vous pouvez également en savoir plus sur la façon de trouver un conseiller ou d’évaluer le rendementRendement Rendement annuel sur un placement. Il est souvent exprimé en pourcentage, par exemple 5 %. Dans le cas des actions, le rendement peut être votre revenu annuel provenant des dividendes. Dans le cas des obligations, il s’agit de l’intérêt que vous obtenez.+ Lisez la définition complète de votre conseiller actuel.

POINT CLÉ

Le fait de décider si vous êtes une personne qui investira de manière autonome ou par l’intermédiaire d’un conseiller est une étape préliminaire importante de votre plan d’investissement. Commencez par en apprendre davantage sur le travail d’un conseiller et sur ce à quoi vous attendre en tant que client ou sur ce qu’implique la recherche de vos propres placements et l’élaboration de votre propre plan d’investissement.

Dernière mise à jour le