Introspection comportementale : Concepts clés, application et examen réglementaire

Nombreux sont les facteurs qui influencent les décisions que prennent les gens. L’introspection comportementale le reconnaît et, grâce à une combinaison de psychologie, d’économie et plus récemment d’autres recherches comportementales, elle étudie comment les gens ne prennent souvent pas leurs décisions de la façon délibérée et rationnelle dont les modèles, les stratégies et les politiques traditionnels le laissent supposer.

L’introspection comportementale reconnaît le véritable comportement des gens par rapport à la théorie traditionnelle économique et du marché selon laquelle ils sont toujours rationnels. Voici quelques concepts comportementaux clés.

Concepts comportementaux clés

Ancrage

L’ancrage s’entend de l’exposition initiale des gens à un élément d’information (comme un nombre) qui devient involontairement un point de référencePoint de référence Point de comparaison utilisé pour évaluer le rendement d’un placement. Par exemple : un indice boursier peut être un point de référence que vous pouvez utiliser pour comparer le rendement de vos actions.+ read full definition qui influe ensuite sur les jugements de valeur.

Par exemple, un investisseur exposé à des taux de rendementRendement Rendement annuel sur un placement. Il est souvent exprimé en pourcentage, par exemple 5 %. Dans le cas des actions, le rendement peut être votre revenu annuel provenant des dividendes. Dans le cas des obligations, il s’agit de l’intérêt que vous obtenez.+ read full definition hypothétiques de 6 %, 10 % et 14 % pourrait automatiquement supposer que 10 % représente un rendement moyen. Si les taux de rendement hypothétiques présentés sont 2 %, 4 % et 6 %, l’investisseur peut supposer que 4 % est un rendement moyen.

En somme, les décisions en matière de placement des gens sont souvent influencées par des données quelque peu arbitraires qui sont utilisées comme points de référence mentaux.

Préjugé du statu quo et inertie

Ces préjugés font référence à l’aversion au changement qu’éprouvent les gens. Souvent, ils ne changeront pas leurs comportements habituels sans une incitation forte à le faire. Lorsque les gens ont une habitude, ils ont tendance à la conserver.

Les exemples tirés de la vie quotidienne de cette tendance comprennent la réticence des gens à changer de banque ou de polices d’assurance, même si les preuves à portée de la main appuient des produits semblables offrant de meilleurs taux d’épargne ou des coûts inférieurs.

Pour en savoir plus sur l’inertie.

Préjugé de confirmation et préjugé de croyance

Ce que les gens pensent influe sur l’information qu’ils recherchent et la mesure dans laquelle ils l’analysent en profondeur.

Le préjugé de confirmation signifie que nous regardons automatiquement l’information qui appuie nos croyances antérieures parce que nous cherchons à valider nos opinions. Le préjugé de croyance signifie que nous sommes plus susceptibles de rejeter ou de juger erronée l’information qui confronte nos croyances et que nous acceptons beaucoup plus facilement l’information qui les valide.

Ainsi, les gens ont souvent de la difficulté à accepter l’information qui contredit leurs opinions existantes, par exemple sur certaines actions, même lorsque les données l’appuient.

Aversion à la perte

Les gens accordent environ deux fois plus d’importance aux pertes qu’aux gains d’une même valeur. Par conséquent, les investisseurs vont mettre l’accent beaucoup plus sur les pertes et que sur les gains.

L’aversion à la perte entraîne l’inertie et renforce le statu quo. Les gens préfèrent souvent stagner plutôt que risquer concrètement une perte. De plus, la douleur associée à la perte peut en outre accroître la prise de risque avec d’autres valeurs mobilières.

Disponibilité et préjugé d’importance

Les gens évaluent les risques et souvent prennent des décisions en fonction des renseignements facilement accessibles. La probabilité qu’un événement survienne peut être perçue comme étant plus élevée parce qu’il est facile de penser à des exemples de celui-ci survenus précédemment (cette information est facilement accessible dans la mémoire d’une personne). Plus l’événement est dramatique, plus son incidence est importante.

Modèle

Beaucoup de gens n’ont pas le temps ou le désir de réfléchir à chaque décision qu’ils prennent. Par conséquent, les gens ont tendance à accepter les questions telles qu’elles ont été posées et les réponses en conséquence.

Cette incidence est amplifiée à l’écran, puisque l’information publiée en ligne, surtout compteCompte Entente que vous avez conclue avec une institution financière concernant votre argent. Vous pouvez ouvrir un compte pour faire des dépôts et des retraits, accumuler des intérêts, emprunter une somme d’argent, investir, etc.+ read full definition tenu la surabondance d’information et de choix, a un affect puissant pour attirer notre attention.

Surabondance de choix

Les gens peuvent seulement évaluer de manière efficace un petit nombre d’options bien comprises, étant donné qu’ils ont plus de difficulté lorsqu’il y a un plus grand nombre d’options, surtout lorsqu’elles sont complexes.

Certaines personnes qui font face à un grand nombre de choix se voient incapables de déterminer l’option qui est la meilleure pour elles, menant ainsi à une fatigue relative à la prise de décisions et à une potentielle paralysie de choix.

Pour cette raison, les personnes ne modifieront pas leurs comportements si trop de choix sont offerts. Il existe des façons de réduire la surabondance de choix, comme la simplification des options.

Excès de confiance

Beaucoup de gens ont trop confiance en leurs propres aptitudes ou en la situation. Les événements négatifs sont perçus comme pouvant se produire chez d’autres personnes, alors que la probabilité que des événements positifs se réalisent est perçue comme beaucoup plus probable pour nous-mêmes.

C’est entre autres le cas des personnes qui sous-estiment la probabilité qu’elles tombent malades ou qu’elles ne travaillent pas jusqu’à la retraite et qui, par conséquent, n’ont pas suffisamment épargné plus jeune.

Pour en savoir plus sur l’excès de confiance.

Comportement moutonnier

Le comportement des gens est souvent influencé par les personnes qui les entourent. Ces effets sont « l’incidence de la conformité » de la prise de décision et ils peuvent entraîner l’adoption de comportements moutonniers sur les marchés financiersMarchés financiers Là où l’on achète et vend des placements.+ read full definition. Les aptitudes des investisseurs à prendre des décisions peuvent être compromises, ce qui a un plus grand risque de créer un enthousiasme irrationnel dans les marchés. Par exemple, acheter l’action de l’heure ou vendre pendant un repli du marché sans avoir planifié ou minutieusement examiné cette décision sont souvent une source de regret pour les investisseurs.

Autres préjugés comportementaux

LIRE LE RAPPORT COMPLET

Lire le rapport du Bureau des investisseurs intitulé Behavioural Insights: Key Concepts, Applications and Regulatory Considerations (introspection comportementale : concepts clés, application et examen réglementaire) (avis 11-778 du personnel de la CVMO).

Dernière mise à jour le